mercredi 17 juillet 2019

Liù, esclave impériale de Blanche de Saint-Cyr















Liù, esclave impériale de Blanche de Saint-Cyr chez les éditions Tabou.


Résumé :
Liù est l'esclave de la famille royale dans le royaume du Nanzhao, elle est très fidèle à son roi.
C'est pourquoi quand le royaume se fait attaquer, elle va tout faire pour protéger son roi. Même si cela implique d'utiliser ses charmes pour le nourrir et le faire vivre.
Mais comment faire pour retrouver l'homme qu'elle aime le prince Calaf et éviter les complots ?


Mon avis :

Un bon roman érotique-historique, qui fait passer un bon moment.
La plume de l'auteur est fluide, les pages se tournent toutes seules grâce aux chapitres qui ne sont pas trop longs. Avec beaucoup d’originalité et très peu de répétition même avec les scènes de sexe.

Liù est un personnage qu'on apprécie,  grâce à la fidélité qu'elle a envers la famille royale, ainsi que pour son côté débrouillarde. J'aime beaucoup Siam, c'est un personnage drôle, léger sans prise de tête. Le prince par contre si au début il attire notre sympathie, je le trouve très bête de tomber dans les filets de la princesse.

Les scènes de sexes sont très explicites et bien rythmées, même si ces scènes ne me dérangent pas, j'ai trouvé que dans ce roman il y en avait un peu trop. Pour tout problème, la solution était le sexe comme par exemple quand Liù et son demi-frère recherchent une femme de la tribu, l'homme donne l'information contre du sexe (je n'ai pas trouvé nécessaire à ce moment-là).
Pareil pour le cirque à la fin ce n'était pas nécessaire leurs pratiques sexuelles.
Sinon les autres scènes font avancer le récit, j'ai apprécié le passage avec la princesse.On a l'impression que tout se marchande avec du sexe en fait, ou alors que tous les hommes sont infidèles et des prédateurs sexuels.
Comme dit précédemment, mon passage préféré est celui de Liù avec la princesse, il change des moments avec les hommes et amène ce qu'il faut au récit.
La fin se clôture sur un happy end, et c'est une fin vraiment chouette.
Je conseille pour un public averti.


Une phrase qui m'a fait exploser de rire  :😂
"Il saisit ma main, la posa sur son sexe encore dur et ajouta : -J''en connais un ici qui se meurt d'impatience de faire plus ample connaissance."


Ma note : 7/10

dimanche 7 juillet 2019

Bilan de Juin

Bilan de Juin


Lectures :
Coup d'état de Valérie Simon 
Imparfait d'Emma Green 
Le souffle de Midas tome 1 de Alison Germain 
Nutsi veut attraper la lune d'Emma Paidge 
Wild men tome 2 de Jay Crownover 
Urbex de Keot
Tes mots sur mes lèvres de Katja Millay 
Wonderpark tome 4 de Fabrice Colin
Dragon de glace de George R. R. Martin

Lecture en cours :
Un faucon pour la reine de Catherine Gaskin




Séries regardées en juin :
The original saison 5
Jane in the virgin saison 4
Shadowhunters : the Mortal Instruments saison 2
Moundir et les apprentis aventuriers saison 4
Orange is the new black saison 2
Dynastie saison 2


 



mardi 25 juin 2019

Urbex de Keot














Urbex de Keot des éditions de la Caravelle.

Résumé :
Brad est un garçon qui rentre dans l'adolescence, il est dans la période de sa vie ou il a encore peur, mais par fierté ne dit rien. Donc quand sa cousine Ashleigh, venue pour Halloween, lui montre son compte facebook, il ne va rien dire. Et pire encore, il va la suivre pour un urbex dans une usine désaffectée. Ce qui devait n'être qu'une simple visite va tourner au cauchemar.

Mon avis :
J'ai bien aimé cette nouvelle, qui est courte et bien menée. L'écriture de l'auteur n'est pas complexe et assez addictive. Le récit se lit d'une traite et rapidement. Le suspens est bien mis en oeuvre, et les descriptions sont vraiment réalistes, on peut s'imaginer le fauteuil roulant dans le couloir, ou les couloirs de l'usine facilement.
 J'ai était un peu perturbé par la tournure de l'histoire, je m'attendais à des fantômes ou des choses étranges. Mais pas du tout a ce genre de créature. La nouvelle devient moins réaliste, et plus fantastique à ce moment-là. Même si ça n'a pas l'air d'être un récit pour la jeunesse au départ, ça l'ait totalement. La nouvelle n'est pas beaucoup effrayante, donc les enfants à partir de 12 ans peuvent la lire je pense. Cette lecture est parfaite pour Halloween ou pour les enfants fan de récit style chair de poule.
J'aime beaucoup la couverture, elle nous met directement dans le bain.
Le sujet tourne autour de l'urbex, une activité de plus en plus connue aujourd'hui mais rarement énoncé dans des récits.
Par cette petite nouvelle, on trouve de l'aventure, de l'interdit, du danger. Mais les enfants peuvent s'identifier à Ashleigh, courageuse et peur de rien. Ou plutôt comme le jeune garçon timide qui a peur mais suit les autres pour montrer sa grandeur. L'enfant se sent proche de son personnage et permet d'être plus immergé dans l'histoire.
Pour l'instant on trouve ce récit en format numérique sur amazon pour seulement 1.99 euros, donc n'hésitez plus.
Vous vous doutez bien qu'avec une nouvelle aussi courte, je ne peux pas en dire plus pour ne pas vous spoiler.😏


Ma note : 7/10


mardi 18 juin 2019

Coup d'état de Valérie Simon















Coup d'état de Valérie Simon tome 1 : La reine des esprits chez ActuSf collection Naos.

Résumé :
La princesse Alia revient dans son royaume, après avoir reçu une éducation par les initiées du Denaia. Toutes ses vipères veulent la tuer désormais, comme ils l'ont fait avec sa mère. Mais Alia est rusée, de plus son pouvoir lui permet, de deviner les intentions d'une personne en la touchant. Au loin, Rémo Than, et le masque oiseau avec l'aide de Néralie préparent un coup d'Etat pour renverser le royaume. Tant de tentatives d’assassinat, de complots, et de traîtres, Alia va devoir rester sur ses gardes tout le temps. Et surtout, compter sur ses alliés et se faire aimer de son peuple comme la vraie guerrière qui se cache en elle.

Mon avis : 
Un bon roman qui se termine sur une fin plutôt tragique, et qui donne envie de connaître la suite, j'espère qu'elle viendra bientôt.
Le début est un peu long, avec les noms compliqués, on a tendance à être largué par l'histoire avec tous ses personnages, et intrigues différentes. Mais une fois qu'on s'est adapté, cela devient plus facile. L'univers est riche et très bien ficelé. Tous les hommes autour de la princesse font que le lecteur ne peut pas savoir à qui elle donnera son cœur, même lui à du mal à choisir un camp... Personnellement, j'aime beaucoup Bucko Javis mais Meker est aussi dans mon cœur. Le prince Haslet est sympa mais je ne le vois pas avec Alia.
Côté personnage, je trouve Alia, Meker, Bucko Javis, et le prince Haslet très attachants, le côté guerrière de la princesse me plait beaucoup. Et comme j'aime beaucoup les romances entre personnes qui se méprisent au début, j'adore les passages où elle est avec Bucko Javis.
L'univers est super riche, remplis de créatures compliquées et de peuples, comme l'auteur le souhaite, nous n'avons pas de mal à détester le Denaia.
Même si cette histoire est sympa, elle reste complexe avec tous ses détails, ce qui m'a ralenti dans ma lecture, car elle demandait beaucoup de concentration.
Et le défaut du roman pour moi, et de ne pas être assez addictif, ou alors je n'y étais pas sensible... Mais j'ai eu des soucis avec ce point. Malgré que, j'aime beaucoup l'histoire.
La fin est vraiment surprenante, on ne s'y attend pas une seconde, à ce que tout tourne au drame comme cela.
L'écriture de l'auteur est plaisante, les chapitres sont ni trop court ni trop long. Et l'alternance des chapitres par rapport à certains personnages ou intrigues permet de connaître tout son univers, et tous les tournants de l'intrigue.

Je conseille ce premier tome qui même s'il est complexe par moments, présente une histoire sympathique.

Un passage drôle  :
"Sans la prévenir, il l'enleva dans ses bras, la portant comme une plume. Surprise, elle se débattit un peu, guère sérieusement toutefois. 
-Que faites-vous, messire ? 
-Je sauve le bas de votre robe de cette boue."

Ma note : 7/10

lundi 10 juin 2019

(Im) parfait d'Emma Green














(im) parfait d'Emma Green chez Addictives édition.

Résumé :
Juliette adore chanter dans les bars mais quand l'appartement de sa mère se fait saisir, elle n'a plus nul part ou aller. Sa mère, lui parle alors d'un viager fait pour elle dans un hôtel particulier. Même si au début elle ne veut pas s'en mêler, elle décide d'aller voir par curiosité. Suzanne, une femme âgée habitant là, lui propose un toit et un travail. Juliette ne s'attendait pas à trouver un toit, une famille, un travail et surtout de trouver un homme. Mais si la mamie a un caractère insupportable, Laszlo est encore pire, comment réussira-t-elle à les dompter ?

Mon avis : 
Je découvre enfin Emma Green, une auteure qui fait beaucoup parler d'elle. Ce roman m'intriguait par son résumé qui promet un récit qui sort un peu de l'ordinaire. J'ai vraiment beaucoup aimé le fil conducteur de l'histoire. Suzanne est vraiment hilarante, elle donne vraiment ce côté léger au roman et drôle, on s'imagine bien la mamie enquiquinante. Juliette est un personnage que j'aime bien, elle ne se prend pas trop la tête et surtout elle a une répartie de dingue. Même si au début je détestais Laszlo , l'auteur nous apprend à l'aimer petit à petit. Niveau couple je trouve que le début est trop rapide, c'est comme si on sautait une étape, au début, ils ne peuvent pas se voir et la minute d'après ils s'embrassent. Beaucoup de choses dans ce roman ce passe trop vite, au final les deux intrigues principales sont Laszlo et la prison et Juliette avec le viaget. Mais tout est beaucoup trop vite réglé. Pour Laszlo les réponses sont longues à venir oui, mais elles durent 2 pages et puis basta, dossier rangé. Pareil pour les parents de Juliette soi-disant Javier est un bandit, un dur et tout, alors qu'en 5 minutes l'histoire est réglée. J'aurais aimé que les obstacles durent plus qu'une petite confrontation et en revoir, je trouve cela beaucoup trop facile.
C'est dommage pour ses points car l'histoire en elle-même est vraiment bien. La complicité entre la mamie et Juliette est magnifique. C'est un roman drôle, touchant et surtout qui met de bonne humeur. Car dans ce livre, on retrouve des passages de paroles de chansons françaises comme Aznavour, Bruel, Julien Doré, Edith Piaf....
Et mon détail préféré comme souvent dans les romances c'est les surnoms, j'adore "Petite Piaf" "petit ours brun", ils me font toujours rire et c'est adorable.
Je conseille cette romance.

Un passage hilarant  :
"-D'ailleurs, Suzanne, je suis un peu triste que vous n'ayez toujours pas donné de nom à l'iPod que je vous ai offert et qui ne vous quitte plus.
-Comme si j'étais une vieille gâteuse qui donne des prénoms aux choses ! me snobe-t-elle d'un haussement d'épaules. La grand-mère récupère le baladeur sur une étagère, enfonce les écouteurs dans ses oreilles et quitte le salon à petits pas feutrés en lâchant d'une voix sonore : 
-Allez, viens, Hippolyte, on va chanter dans la jardon !"

Ma note : 8/10