jeudi 13 décembre 2018

Nouvelles de Pétersbourg de Gogol
















Nouvelles de Pétersbourg de Gogol chez Folio.

Mon avis et résumé :

Grâce à ma licence, j'ai découvert que j'aimais beaucoup la littérature russe comme Gogol. Son écriture n'est pas trop complexe, c'est léger et drôle. Et surtout pas prise de tête, la littérature classique est trop souvent prise de tête pour moi. Mais j'ai trouvé cette lecture drôle et c'est une belle surprise.
La perspective Nevski est la première nouvelle du roman, elle est sympathique. Deux hommes rencontrent chacun une femme sur la perspective Nevski. Le premier ne va plus distinguer folie et réalité, le deuxième lui va draguer une femme mariée. Chacun aura une fin à la hauteur de Gogol.

Le portrait, c'est l'histoire que j'ai le moins appréciée, pas que je n'ai pas aimé, mais j'ai eu plus de mal. C'est un peintre qui va acheter un portrait, celui-ci a pour caractéristique d'avoir un homme peint avec des yeux très réalistes. Durant la nuit la peinture prend vie et la vie du peintre bascule. Mais si tout ça n'était pas un commencement, mais plutôt la suite d'une histoire sombre.

Le journal d'un fou, j'ai bien aimé cette nouvelle vraiment courte. Qui parle d'un petit fonctionnaire, qui tombe amoureux de la fille d'une personne bien plus haute dans la société que lui. Il va perdre la tête et crier partout qu'il est le roi d'Espagne. Et va finir tragiquement.

Le nez, j'ai beaucoup aimé, c'était très drôle. Cette courte nouvelle raconte l'histoire d'un barbier qui trouve dans son petit-déjeuner un nez. La personne qui a perdu son nez, le cherche tout le matin et se rend même dans un bureau de petites annonces pour le retrouver.
Dans une première partie, on voit la journée du barbier et dans une deuxième la personne ayant perdu son nez. J'ai trouvé ça très drôle surtout, quand Kovaliov trouve son nez en uniforme se promener dans la ville.

Le manteau, j'ai vu la chute arrivée de loin, mais elle reste plaisante. Un petit fonctionnaire se rend tous les jours à son travail avec un manteau bien abîmé. Le tailleur lui dit qu'il ne peut plus le réparer, mais en acheter un autre. Malheureusement, un manteau coûte bien trop d'argent, alors il va tout faire pour avoir l'argent, tellement qu'il devient fou de ce manteau. Une fin assez tragique qui m'a inspiré de la piété pour le pauvre personnage. Certains trouverais ça drôle, mais pas moi...

Un ensemble de nouvelles saugrenu qui m'a beaucoup divertit. Gogol est vraiment un auteur que j'apprécie. Je le conseille, c'est histoires parlent d'hommes qui perdent la raison mais toujours en restant de la légèreté sans que ça devienne complexe. Un beau classique sur la folie, et de quoi découvrir la littérature Russe.

Une phrase qui m'a fait éclater de rire :
"Horreur ! Le nez ne voulait pas tenir !" 

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Publier un commentaire